•  

    Ayant eu des problèmes de souris et clavier sans fil cette semaine (plus moyen de naviguer ni de travailler sur l'ordinateur, mais problème réglé provisoirement depuis jeudi avec une souris filaire), je vous publie aujourd'hui le menu avec photos du repas d'anniversaire de "mon sexagénaire" !

    Je lui avais donc fait la surprise de l'inviter au restaurant pour l'occasion.  Il a découvert le nom du restaurant au moment où nous sommes arrivés devant la porte !
    J'avais donc choisi le restaurant LE CORIANDRE.

    Mais avant le menu et photos, je ne peux m'empêcher de vous montrer une photo de l'enveloppe (recto-verso) qui contenait la carte d'anniversaire que notre neveu a envoyé à mon chéri.  C'est vraiment trop gag.

    Apéritif, amuses-bouches

    Y a pas mieux pour passer inaperçu, non ? 

    Revenons-en au restaurant !

     

    Au sujet du restaurant LE CORIANDRE

     

    A Watermael-Boistfort, on sait depuis longtemps que l’élégant "Coriandre" est une adresse sûre, plébiscitée par de nombreux habitués, certains se faisant un devoir de venir goûter à chaque nouveau menu dégustation du chef ! Un menu dont certains plats ornent même les murs grâce aux toiles abstraites colorées réalisées par l’artiste Florimond Dufoor.

    Depuis quelques mois néanmoins, quelque chose a changé.  En octobre dernier, l’édition 2010 du guide GaultMillau faisait de Damien Vanderhoeven son "grand de demain" bruxellois et lui décernait un 16/20.  L’effet a été immédiat !  Le week-end comme en semaine, on s’y bouscule pour venir essayer cette bonne table à l’excellent rapport qualité-prix.

    Si la carte est assez chère (env. 25€ pour les entrées et les plats), les trois menus, qui déclinent les mêmes propositions que la carte, permettent de prendre la mesure des possibilités de Vanderhoeven : 3 serv. (37€+14€ pour la sélection de vins), 4 serv. (52€+20€) et 5 serv. (60€+30€).  C’est surtout ce dernier menu "Jeunes Restaurateurs d’Europe" qui fait se déplacer les foules car c’est là que le chef laisse libre cours à sa personnalité.  Une personnalité que l’on découvre dès les généreuses dégustations, cinq petits moments de plaisir bien exécutés, où Vanderhoeven se joue des textures, des chaleurs, des saveurs…

    Source : http://lacuisineaquatremains.blogs.lalibre.be/  (publié le 04-02-2010)

    Nous avons choisi le menu JRE (Jeunes Restaurateurs d'Europe) « Festival de la truffe Tuber Melanosporum » avec le forfait vins.

    Par contre, désolée pour les photos de piètre qualité, mais la lumière étant tamisée, ce n'est pas chose facile.  Et avec flash, c'est encore pire.  Et aussi … je ne suis pas experte en photos.

    Je commence !

     

    Apéritif maison : Crémant d'Alsace au caramel de citron vert et gingembre (pas de photo).  Excellentissime !

     

    Apéritif, amuses-bouches

    Dégustations :
    - Velouté de carotte au curry, espuma au ras el hanout
    - Filet de sardine à l'huile sur purée de pois-chiches, confiture d'oignons et tuiles de pois-chiches
    - Roulade de saumon mariné avec julienne de poireau cru sur guacamole

    Apéritif, amuses-bouches

    Terre & Mer : noix de Saint-Jacques en carpaccio recouverte de lamelles de truffe,
    anguille fumée, poudre de betterave, shiso pourpre, coulis de persil plat
    Vin (blanc) : In Vino Erotico, vin de pays des Coteaux de Libron, 2009

    Apéritif, amuses-bouches

    Filet de sole de la Mer du Nord farci à la truffe et recouvert de copeaux de truffe,
    gousse d'ail confite, purée à l'ail et purée de roquette
    Vin (blanc) : Mauzac vert, première côte de Gaillac, Robert & Bernard Plageoles, 2008

    Apéritif, amuses-bouches

     Ris de veau croustillant, échalote rôtie, vinaigrette aux fruits secs et goutte de truffe
    Vin (rouge) : Mas Conscience « Le Cas », vin de pays de l'Hérault, 2008

    Filet de pigeonneau cuit à basse température, chou vert,
    purée de chou rave, purée de marron, copeaux de truffe
    Vin (rouge) : Qumran Roble, Ribera Del Duero, Espagne

    Pré-dessert : Pina colada revisité (ananas au rhum, sorbet coco et feuille de coriandre cristallisée)

    Dessert : Café liégeois revisité (cacao glacé, crumble et cube de café)
    servi avec un verre de liqueur de chocolat (Noir d'Ivoire de la distillerie de Biercée)


    Café, et ses mignardises "maison"

     

    Tout était vraiment excellent, de l'apéritif au café/mignardises : présentation, finesse, associations, saveurs, accords mets/vins...  Rien à redire !  Et l'accueil fut vraiment très très chaleureux.  Merci à Damien, son épouse Agnès, ainsi qu'à toute leur équipe de s'être occupés de nous comme ils l'ont fait.

     

    LE CORIANDRE
    Rue Middelbourg, 21
    1170 Watermael-Boitsfort

     

    Le grain de sel de l'autre "M"

    C'est la première fois de ma vie que j'ai tout aimé, des dégustations aux mignardises, vins compris.



    10 commentaires
  •  

    … à l'autre "M", l'homme qui partage ma

    vie depuis bientôt 37 ans !
     

    60 ans

     

    Te voilà « sex-a-génaire », 3 x 20 c'est trois fois jeune,

    car quand on aime on a toujours 20 ans.

    C'est pour cela qu'on le répète trois fois !

     

    JOYEUX ANNIVERSAIRE !

     


    2 commentaires
  •  

    Début du mois de janvier, j'avais acheté des langoustines cuites parce que j'en avais envie.
    Mais, de retour à la maison, plus trop envie de les manger telles quelles.

    J'avais aussi furieusement envie de risotto (on adore les risotti à la maison).

    Voici donc ma recette improvisée de risotto citronné aux langoustines.
    C'était excellent !  Je referai…

    Risotto citronné aux langoustines

    Ingrédients pour 2 personnes :

    - 200 g de riz à risotto (ici du carnaroli Cascina Veneria comme toujours)
    - 10 langoustines cuites
    Risotto citronné aux langoustines
    - 1 échalote 
    - 2 càs d'huile d'olive 
    - 1 dl de vin blanc sec 
    - 6 dl de bouillon de volaille (1 cube + eau)
    - 1 citron vert (lime), si possible non traité
    - une vingtaine de brins de ciboulette
      (ou, mieux, une dizaine de brins de ciboulette thaï)
    - 30 g de parmesan
    - 1 càs de beurre doux
    - poivre de Sichuan vert (très parfumé)

    Apéritif, amuses-bouches  Apéritif, amuses-bouches

     



    Réalisation :

    Commencer par préparer tous les ingrédients avant d'entamer le risotto.

    Décortiquer les langoustines :
    Séparer les têtes et les jeter, sauf 2 têtes à garder pour la décoration.
    Détacher les pinces et, à l'aide de ciseaux spéciaux pour crustacés, récupérer la chair.  Garder 2 pinces pour la décoration.
    Récupérer aussi la chair des queues et la couper en 3 ou 4 morceaux.

    Peler et hacher fin l'échalote.
    Ciseler la ciboulette.
    Râper le parmesan à la Microplane.
    Laver le citron, le sécher.  Râper tout le zeste à l'aide d'une Microplane.
    Presser le citron dans son entièreté. 
    Faire chauffer le bouillon de volaille.

    Verser 2 càs d'huile d'olive dans une casserole et y faire revenir l'échalote hachée jusqu'à ce qu'elle soit transparente.  Pendant ce temps, ajouter également le zeste de citron râpé.

    Verser le riz en pluie, mélanger jusqu'à ce qu'il soit bien enrobé d'huile et devienne nacré.  Ajouter le vin blanc, laisser évaporer.

    Verser une louche de bouillon de volaille bien chaud et remuer sans cesse le riz jusqu'à ce que le liquide soit absorbé.  Recommencer l'opération jusqu'à épuisement du bouillon.

    Un peu avant la fin de cuisson du riz, ajouter le jus de citron.

    Après avoir ajouté la dernière louche de bouillon, incorporer la chair des langoustines, poivrer avec le poivre de Sichuan vert (quelques tours de moulin) et continuer à remuer.  Il n'est pas nécessaire de saler. 

    Le riz est cuit lorsque tout le bouillon est absorbé, l'extérieur des grains moelleux et l'intérieur encore légèrement al dente.

    Hors du feu ajouter la ciboulette ciselée, 1 càs de beurre et le parmesan.  Bien mélanger le tout jusqu'à ce que le beurre et le parmesan soient bien fondus.  Laisser reposer la casserole "couverte" pendant 2 minutes.

     

    Servir bien chaud et garnir avec les têtes et pinces réservées.

    Bon appétit !

     


    3 commentaires
  •  

    Tout d'abord, j'espère que vous avez toutes et tous passé de joyeuses fêtes de fin d'année.  Et, par la même occasion, je vous souhaite une excellente année 2011.

    Aujourd'hui, je vous propose une recette de chicons "inspirée" d'une émission culinaire vue à la télé il y a quelques temps.  Désolée, mais je ne me souviens plus du nom de l'émission ni de la chaîne qui l'a diffusée.  C'était une émission avec des chefs français étoilés qui préparaient chacun un de leurs plats dans les cuisines d'un grand hôtel à Paris.

    Ici, un des chefs avait réalisé une recette de volaille dont on a pu voir le déroulement, accompagnée de chicons.  Pour les chicons, il a juste cité les ingrédients.  J'avais donc griffonné les ingrédients sur un petit morceau de papier en vue d'essayer un jour.

    Ce fut donc chose faite hier soir, mais en totale improvisation !  Par contre, j'ai ajouté du sucre.  Ce n'est peut-être pas, même certainement pas, comme ça qu'il faut les préparer, mais c'était vraiment très bon !

    Désolée pour la présentation dans l'assiette, mais au départ je ne pensais pas publier la recette ni faire de photos.

    Chicons braisés à l'orange et aux épices

    Ingrédients pour 2 personnes :

    - 8 chicons pleine terre
    - 2 oranges non traitées
    - 5 gousses de cardamome verte
    - 1 càc bombée de graines de coriandre
    - poivre du moulin (moulu moyen à gros)

    - 1,5 càs de beurre doux
    - 1 càs de sucre Demerara


    Réalisation :

    Nettoyer les chicons : soit les rincer sous l'eau et bien les égoutter, soit bien les frotter avec du sopalin (je préfère éviter l'eau pour les chicons en procédant de la 2ème façon).
    Couper les têtes et inciser les chicons en croix pas trop profonde.
    Pour ceux qui n'aiment pas l'amertume, enlever la partie dure en creusant avec un petit couteau.  Pour ma part, je ne le fais jamais car nous aimons beaucoup l'amertume des chicons, même que souvent ils en manquent.

    Laver et sécher les oranges.

    Zester une orange à l'aide d'un couteau économe.  Ensuite, à l'aide d'un petit couteau bien aiguisé, enlever la partie blanche des lanières de zestes en les mettant bien à plat sur une planche de travail.
    Déposer les zestes sur une plaque à pâtisserie.  Allumer le four sur "chaleur tournante" à 125°C.  Dès la température atteinte, enfourner la plaque au 2ème niveau et laisser sécher les zestes pendant 25 minutes.

    Pendant ce temps, presser les 2 oranges.  Filtrer le jus au dessus d'une grande poêle.  Ajouter les gousses de cardamome entières, les graines de coriandre, le poivre (QS), et les zestes séchés.
    Déposer les chicons dans la poêle.  Couvrir et laisser mijoter à feu moyen pendant environ 35-40 minutes (dépend de la grosseur des chicons).  Veiller à les retourner délicatement de temps en temps.

    Lorsque les chicons sont cuits, bien les égoutter et les déposer sur une assiette recouverte de sopalin.

    Dans la même poêle, vidée, bien rincée et séchée (ou une autre poêle propre), faire fondre le beurre et, dès qu'il est bien moussant, déposer les chicons.  Les faire braiser rapidement à feu moyen-fort, pas plus de 2 minutes sur chaque face, en les saupoudrant avec le sucre Demerara.

    Servir sans attendre.  Bon appétit !


    Ici, servis en accompagnement de dos de cabillaud poêlés 2 à 3 minutes sur chaque face (pas plus), assaisonnés de sel de Guérande du moulin et de poivre au citron du moulin, et d'une bonne purée de pommes de terre à l'huile d'olive.

     


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires